Call for Proposals: IASPM-Canada and US 2016 Annual Conference —– Appel à contributions: colloque annuel conjoint 2016 IASPM-Canada et IASPM-États-Unis

Le français suit.


Call for Proposals (Abstracts due December 1, 2015)

International Association for the Study of Popular Music, US and Canada Branches
2016 Annual Conference
Calgary, Alberta (Canada) May 28-30, 2016

Wanna Be Startin’ Something: Popular Music and Agency

Making and listening to music are agentive processes, involving a network of actions and transactions: acts of expression, acts of faith, acts of sound and silence, acts of rebellion. Through musical choices we act and impact our world, each other and our environment, shaping our individual and communal experiences. As we create and consume music, we respond to, reinforce, and reconfigure the social structures that frame our lives.

Our theme encourages participants to explore the difficult, delicate negotiations of power within which music is situated, and which in turn permeate the popular music industries of the twenty-first century. Who is in charge in the production and consumption of music? What role does music play in the social revolutions of disenfranchised communities? How do music and its technologies inform our responses to injustice? How do we censor and empower bodies through music?

The 2016 IASPM-US Annual Conference and IASPM-Canada Annual Conference will take place from May 28-30, 2016 at the University of Calgary, Canada, as part of the Congress of the Humanities and Social Sciences. Papers related to Canadian themes are especially welcome.

Papers may address one of the following subthemes, other issues regarding music and agency, or – as always – any other topic in the study of popular music.

1) Who Runs the (Music) World?

The dynamics of production and consumption remains a central theme of popular music studies. It is also vital to the new music industries of the twenty-first century, in which a multimediated sense of consumer choice and participation has become a marketing mainstay. Recent pop processes—streaming services, reality competitions, the rise of YouTube stars, the burgeoning Internet fan community—have been characterized as democratizing, providing increased access, choice, and interaction between listeners, artists, and producers. But as musical consumers find new forms of empowerment, the emergence of neoliberal corporate policies and development of the 360° deal may perpetuate the dominant power structures of the music industry. So whose voices are heard? And who listens?

How are new musics and new technologies reshaping ideas about musical agency among fans? How do musicians work to retain or reclaim agency in the popular music industry’s current political economy? In what generative or productive ways do individual and communal agencies intersect?

2) Music and Social Justice

Recent years have seen the emergence of new and renewed discourses critiquing the continued impact of poverty and structural racism in the lives, and deaths, of North Americans. Occupy Wall Street and its offshoots protesting economic inequality have counted musicians among their most vocal proponents, and music has become integral to the progress of the movement. Beginning in the U.S. and spreading to Canada, the Black Lives Matter movement has sparked new, charged conversations about injustice. Among the voices of protest, those of musicians have persistently driven the conversation. With new songs and revivals of familiar ones, Black artists have called listeners to attention, called them out, and called for action. They have echoed the mantras shouted by marchers in the streets, and in turn their own words have become rallying cries there. The current moment perhaps marks the most vital presence of protest music in American public culture since the beginning of the Iraq war.

In both the U.S. and Canada, indigenous peoples continue to fight against racial violence, disenfranchisement, discrimination, and misrepresentation. Discourse about Native/First Nations/aboriginal cultural appropriations has entered a broader public forum in the past few years, recently explicitly acknowledged in the banning of faux “Native American headdresses” at several music festivals in North America and Europe. In Canada, music has helped to fuel the grassroots movement Idle No More, which not only critiques renewed challenges to indigenous sovereignty, but also contributes leading voices to the fight for environmental protection.

These movements have also provoked reexaminations of the intersectionalities that permeate marginalized experiences in the U.S. and Canada, where people of color in particular face gendered, classed, religious, and ableist discrimination and violence.

In these and other contexts, we ask: How does music empower individuals and communities in the face of injustice? How do music and social media intersect in responses to oppression?

3) Music and Dis/Ability

Studying music and agency in Western frameworks inherently means studying ability, examining intersecting ideas and ideologies about extraordinary bodies and minds, about how they are allowed to act. Both musical bodies and disabled ones are inscribed with intertwined notions of difference and supernatural interventions, and positioned outside the statistical realm of the “normal.” The stories of our most idolized popular musicians are entangled in public mythologies of mental illness and addiction; disabled bodies are celebrated only when they also inhabit discourses of genius. The music industry operates with the assumption that consumers experience music in the same ways, though the sensory processing of music works diversely among many individuals and even communities.

How do discourses of ability and disability support and silence musicians?

How does musical ability impact a musician’s agency? How is the dis/abled body inscribed in popular song? Following the 25th anniversary of the Americans With Disabilities Act, how accessible is popular music? And how do accessibility practices shape the experiences of fans and artists?

 

We welcome proposals on these and other themes. Please submit proposals via a single Word document [labeled with last name_first name.docx] to iaspmus2016@gmail.com by December 1, 2015. Individual presenters should submit a paper title, 250-word abstract, and author information including full name, institutional affiliation, email address, and a 50-word bio. Panel proposals, specifying either 90 minutes (three presenters) or 120 (four), should include both 125-word overview and 250-word individual proposals (plus author information), or 250-word overview and 50-word bios (plus names, affiliations, and email addresses) for roundtable discussions. Please indicate any audio, visual, or other needs for the presentation; each room will have sound, projector, and an RGB hookup. We also welcome unorthodox proposals that do not meet the above criteria, including ideas for workshops, film screenings, and other non-traditional formats. For more information about the conference, send email inquiries to Katherine Meizel, program committee chair, at kmeizel@gmail.com. You will receive an email confirming receipt of your submission.

 

2016 program committee:

Chair: Katherine Meizel (Bowling Green State University),

Committee: David Blake (University of Akron), Kimberly Mack (University of Toledo), Andrew Mall (Northeastern University), Owen Chapman (Concordia University), Brian Fauteux (University of Alberta), Charity Marsh (University of Regina).

 

Appel à contributions (propositions demandées au plus tard le 1er décembre 2015)
Association internationale des études en musique populaire, chapitres états-unien et canadien
Colloque annuel 2016
Calgary, Alberta (Canada), 28-30 mai 2016

Wanna Be Startin’ Something : Musique populaire et agentivité

Écouter et jouer de la musique sont des processus d’agentivité (agency) impliquant un réseau d’actions et de transactions: des actes d’expression, des actes de foi, des actes de son et de silence, des actes de rébellion. Grâce à nos choix musicaux, nous agissons et nous produisons ainsi un effet sur le monde, sur l’autre et sur l’environnement, façonnant nos expériences individuelles et collectives. En créant et consommant de la musique, nous renforçons, reconfigurons et répondons aux structures sociales qui encadrent nos vies.

Le thème du colloque encourage les participants à explorer les négociations complexes de pouvoir au sein desquelles la musique est située, et qui, à leur tour, imprègnent les industries de la musique populaire du vingt-et-unième siècle. Qui est en charge de la production et de la consommation de la musique ? Quel est le rôle de la musique dans les révolutions sociales des communautés privées de leurs droits ? Comment la musique et ses technologies informent-elles nos réponses face à l’injustice ? Comment pouvons-nous censurer les corps, mais également les incarner, par la musique ?

Le colloque annuel 2016 d’IASPM États-Unis et le colloque annuel 2016 d’IASPM-Canada auront lieu du 28 au 30 mai 2016 à l’Université de Calgary, au Canada, dans le cadre du Congrès des sciences humaines et sociales. Les communications abordant des thèmes canadiens sont particulièrement bienvenues.

Les communications peuvent aborder l’un des sous-thèmes suivants, soit d’autres questions concernant la musique et l’agentivité. Comme toujours, tout autre sujet dans l’étude de la musique populaire peut être abordé.

1) Qui dirige le monde (de la musique)?

La dynamique de la production et de la consommation reste un thème central des études de la musique populaire. Cette dynamique est également très importante pour les nouvelles industries de la musique du XXIe siècle, où le choix et la participation multimédia des consommateurs sont devenus un pilier de la mise en marché. Des phénomènes récents de la musique populaire – les services de diffusion en continu, les concours de téléréalité, l’ascension de vedettes YouTube, les communautés de fans sur Internet en plein essor – ont été considérés comme une démocratisation, donnant un meilleur accès, un meilleur choix et la possibilité d’interaction entre les auditeurs, les artistes et les producteurs. Mais comme les consommateurs de musique trouvent de nouvelles formes de responsabilisation, l’émergence de politiques néolibérales et le développement d’accords 360° peuvent perpétuer les structures de pouvoir dominantes de l’industrie de la musique. Conséquemment, quelles sont les voix entendues ? Et qui les écoute ?

Comment les nouvelles musiques et les nouvelles technologies transforment-elles les idées sur l’agentivité musicale parmi les fans ? Comment les musiciens travaillent-ils à conserver ou à récupérer leur agentivité au sein de l’économie politique actuelle de l’industrie de la musique populaire ? De quelles façons les agentivités individuelles et communautaires se croisent-elles ?

2) La musique et la justice sociale

Au cours des dernières années, nous avons vu l’émergence de discours nouveaux et renouvelés critiquant l’impact continu de la pauvreté et du racisme structurel dans les vies et les morts des Nord-Américains. Le mouvement Occupy Wall Street et ses ramifications, protestant contre les inégalités économiques, ont compté, parmi leurs plus fervents défenseurs, des musiciens. La musique est devenue partie intégrante de la progression de ce mouvement. Débutant aux États-Unis, puis se propageant au Canada, le mouvement Black Lives Matter a suscité de nouvelles conversations difficiles portant sur l’injustice. Les voix de musiciens étaient parmi celles qui ont le plus approfondi la conversation. Avec de nouvelles chansons et aussi des reprises, des artistes noirs ont interpellé l’attention des auditeurs, et ont appelé à l’action. Ils ont fait écho aux slogans scandés par les manifestants dans les rues, et à leur tour, leurs propres mots sont devenus des cris de ralliement. Nous vivons peut-être la période la plus foisonnante en terme de musique de protestation dans la culture publique américaine depuis le début de la guerre en Irak.

Aux États-Unis et au Canada, les peuples autochtones continuent de se battre contre la violence raciale, la privation de droits civiques, la discrimination et les mauvaises représentations. Au cours des dernières années, le discours sur les appropriations culturelles des Autochtones/Premières nations est devenu un forum public élargi, au point où les fausses « coiffes amérindiennes » ont récemment été interdites de plusieurs festivals de musique en Amérique du Nord et en Europe. Au Canada, la musique a contribué à alimenter le mouvement populaire Idle No More, qui non seulement articule une critique renouvelée des défis de la souveraineté autochtone, mais contribue également aux discours pour la protection de l’environnement.

Ces mouvements ont également provoqué de nouveaux questionnements face aux intersectionnalités qui imprègnent les expériences marginalisées aux États-Unis et au Canada, où les personnes de couleur, tout particulièrement, font face à de la discrimination et de la violence sexuée, classée et religieuse.

Dans ce contexte, nous nous demandons : comment la musique responsabilise les individus et les communautés face à l’injustice ? Comment la musique et les médias sociaux se croisent-ils dans les réponses face à l’oppression ?

3) Musique et In/capacité

Étudier la musique et l’agentivité dans le contexte occidental signifie étudier la capacité (ability), analyser les idées et les idéologies qui se croisent à propos de corps et d’esprits extraordinaires, examiner les façons dont ces derniers sont autorisés à agir. Le corps handicapé et le corps musical sont tous les deux caractérisés par des notions entrelacées de différence et d’interventions surnaturelles, et ils sont positionnés en dehors du domaine statistique du « normal ». Les histoires de musiciens consacrés sont empêtrés dans des mythologies de maladie mentale et de toxicomanie ; les corps handicapés sont célébrés seulement quand ils incarnent également des discours de génie. L’industrie de la musique fonctionne selon l’hypothèse que les consommateurs font tous l’expérience de la musique de la même manière, même si le traitement sensoriel de la musique fonctionne différemment d’un individu à un autre, et même d’une communauté à une autre.

Comment les discours de la capacité et de l’incapacité soutiennent-ils ou rendent-ils muets les musiciens ?

Quels sont les effets de la capacité musicale sur l’agentivité d’un musicien ? Comment le corps in/capable est-il inscrit dans la musique populaire ? Suivant le 25e anniversaire de l’Americans with Disabilities Act, où en est l’accessibilité à la musique populaire ? Et comment les pratiques d’accessibilité façonnent-elles les expériences des fans et des artistes ?

Nous acceptons des propositions sur ces thèmes et d’autres. Veuillez soumettre votre proposition sous la forme d’un seul document Word (nommé ainsi : nom de famille_prénom.docx) à l’adresse courriel iaspmus2016@gmail.com, au plus tard le 1er décembre 2015. Les propositions de présentateur individuel doivent comprendre le titre de la communication, un résumé de 250 mots, et les informations sur l’intervenant, soit le nom complet, l’affiliation institutionnelle, l’adresse courriel, et une courte biographie de 50 mots. Les propositions pour une séance doivent préciser si elle fait 90 minutes (trois présentateurs) ou 120 minutes (quatre présentateurs). Elles doivent inclure à la fois aperçu global de 125 mots, en plus des propositions individuelles de 250 mots (plus les informations sur les intervenants). Les propositions pour les tables rondes doivent comprendre un aperçu de 250 mots et les biographies des intervenants de 50 mots (plus les noms, les affiliations, et les adresses courriel). Veuillez indiquer tout besoin audio, visuel, ou autres pour la présentation; chaque salle aura du son, un projecteur et un raccordement VGA. Nous encourageons également l’envoi de propositions qui ne répondent pas aux critères ci-dessus, y compris des ateliers, des projections de films, ou d’autres formats non traditionnels. Pour plus d’informations sur le colloque, envoyez vos questions par courriel à Katherine Meizel, présidente du comité de programmation, au kmeizel@gmail.com. Vous recevrez un courriel confirmant la réception de votre proposition.

Le comité de programmation 2016 :
Coordonnatrice : Katherine Meizel (Bowling Green State University),
Comité : David Blake (University of Akron), Kimberly Mack (University of Toledo), Andrew Mall (Northeastern University), Owen Chapman (Université Concordia), Brian Fauteux (University of Alberta), Charity Marsh (University of Regina).

 

This entry was posted in CFP on by .

About IASPM Canada Admin

The International Association for the Study of Popular Music (IASPM) has grown into an international network of over 500 members in 36 countries. IASPM is interprofessional and interdisciplinary. It welcomes as members anyone involved with popular music.